Bernard Stotland

Bernard Stotland, 2009-2011


Les liens qui unissent Bernard Stotland, FCA, à l’Hôpital général juif remontent à sa plus tendre enfance. Il peut même affirmer avec fierté qu’il est né à l’HGJ, en 1936, deux ans seulement après l’ouverture de l’institution. De 1945 à 1958, il était le voisin de Samuel Cohen, alors directeur général de l’HGJ, quand il habitait une maison du chemin de la Côte-Sainte-Catherine, qui allait devenir le Centre de bien-être de L’espoir, c’est la vie, de l'HGJ. 

Outre ses activités de chef de file de la communauté et de solliciteur de fonds dévoué, Bernard Stotland est aussi un comptable agréé et un habile homme d'affaires. Il est l'un des partenaires fondateurs de WSBG, un cabinet d’experts-comptables où il joue encore régulièrement le rôle de conseiller. Il siège au conseil d’administration de l’Opéra de Montréal et s’occupe activement des campagnes de financement et de la gestion. Il est également membre du conseil d’administration de l’Institut canadien d’art vocal, affilié à l’Université de Montréal. Les organismes B’nai B’rith et State of Israel Bonds ont bénéficié de son implication, et il a recueilli des fonds au profit de plusieurs synagogues à Montréal. En juin 2009, la Fondation d’Israël pour la recherche sur le cancer l’honorait, ainsi que sa femme Merle, pour les efforts remarquables qu’ils avaient déployés. 

L’implication de Bernard Stotland dans les activités de l’Hôpital général juif remonte au début des années 2000. Il s’intéresse alors au lancement de la campagne de financement de 200 millions de dollars et offre ses services pour solliciter des fonds. Par la suite, il est nommé d’abord trésorier, puis vice-président et président de la Fondation, pour devenir ensuite vice-président de l’Hôpital et enfin président. 

Bernard Stotland a toujours pris le temps de coprésider à plusieurs reprises l’un des événements-bénéfices les plus prestigieux de l’HGJ, la Classique de golf annuelle Silver Star Mercedes Benz. En 2008, lorsque le Dr Hartley Stern a mis sur pied son premier grand projet en tant que directeur general, soit faire de l’HGJ l’hôpital le plus propre et le plus sécuritaire du Québec, c’est Bernard Stotland qui en a assuré le succès en prenant la tête du nouveau comité chargé de la propreté à l’Hôpital. Pour cela, il a dû se familiariser avec les rouages internes de l’hôpital, et visiter de fond en comble, notamment la buanderie, les aires de stérilisation, les installations de chauffage, ainsi que les Services de sécurité, et de l’entretien ménager. 

Lorsqu’on lui demande pourquoi il accepte de donner autant de temps, M. Stotland répond : « Je vais là où je peux être utile. C’est plus fort que moi, j’aime que les choses soient faites ». Quant à son intérêt pour l’HGJ, il dit éprouver « une grande satisfaction à voir les patients se rétablir, surtout dans l’un des principaux établissements de soins de santé du Québec. » 

Dernière modification de la page le 

Nous recherchons toujours des commentaires pour améliorer notre site.